Creation Yersinienne:‎ > ‎Articles‎ > ‎

C´EST FOU OU PLUTÔT FLOU À LIER !

posted May 21, 2013, 2:23 AM by Andy Nguyen   [ updated May 21, 2013, 11:12 AM ]
 
Les étudiants d´antan et ceux d´aujourd´hui.
 
Depuis un certain temps , avec l´âge, je suis devenu en quelque sorte, un homme à l´affût, curieux, voire même passionné qui essaie d´avoir un regard lucide sur les arcades du fonctionnement politique et de la situation sociale au Vietnam.
Par ailleurs, les quelques mots de la présente me permettent aussi de me faire rappeler au bon souvenir de mes amis vivant éparpillés à travers le monde libre...et ensemble, nous pourrions palabrer sur les possibles perspectives et différentes alternatives concernant l´avenir de notre Sainte-Mère-Patrie.
C´est quand même aberrant qu´après 38 ans de -"libération, de réunification et de paix" - , le régime communiste vietnamien n´est pas encore en mesure de redonner un sourire apaisant et réconcilliant où la sérénité devrait plâner sur les lèvres de ce peuple fier, laborieux et armé d´une flexibilité de coeur à toute épreuve.
J´ai oscillé pendant longtemps entre le désir de préparer le harnais, remonter en selle et dégainer ma plume pour partager avec mes amis et compatriotes mes pensées émanant d´un certain "juste-milieu" et l´envie de refuser toutes ingérences sur -les choses du présent- pour simplement et égoistement pouvoir , avec délice , jouir de la dernière tranche crépusculaire de ma vie sur terre.
- Non et non, ce serait trop facile et simple de la fermer, ainsi que de practiquer la tactique ou avoir un estomac de l´autruche -
Mais comme un cours d´eau , commencons le texte en amont et non en aval pour ne pas s´enliser dans le courant des tourbillons de l´émergence des idées.
Étant un ancien élève du Lycée Yersin, sujet interne de cet établissement scolaire de renommé parmi les grandes écoles du Sud Vietnam, je dois avouer que la majorité d´entre nous était des "fils-à-papa"qui essayaient simplement de se la couler douce durant leur jeunesse dorée. Après les études secondaires, un certain nombre d´entre nous sont partis à l´étranger (de préférence vers les pays de langue francaise) pour continuer leur formation universitaire.
Puis vint la guerre et la mobilisation générale. Ces "jeunes premiers yersiniens" troquaient leurs costards contre des uniformes de combat. Beaucoup d´entre nous, des heros de la patrie, reposent maintenant dans les entrailles de la Mère Patrie...; nous en sommes bien fiers d´eux et nos respects ainsi que notre reconnaissance pour leur actes de bravoure resteront bien gravés au fin fond de nous même.
 
Arrêtons nous maintenant sur les thèmes concernant la guerre et analysons ensemble la différence de mode de vie des étudiants vietnamiens vivant à l´étranger avant 1975 et ceux du présent .
Un jour,mon père, revenant d´un voyage de France, m´a raconté que la vie des étudiants en Métropole n´était nullement de tout repos, et elle était loin d´avoir la couleur rose comme les jeunes restés au pays avaient l´habitude de tisser dans leur imagination.
Ces étudiants d´antan devaient retourner leurs pièces de monnaie par 2 fois avant de pouvoir s´acheter une petite bagatelle, ils s´agglutinaient à plusieurs dans des chambres de bonne des vieux immeubles de Paris au 5è ou 6è étage, avec des salles de douche +. toilette dans le couloir et le tout sans ascenceur. Le soir,en bus ou en métro, ils se rendaient dans des restaurants asiatiques et se métamorphosaient en serveurs pour assouvir leur faim après le service et renflouer ainsi leur besoin financier plus que restraint.
Vivant en Allemagne depuis plus de 3 décennies, j´ai pu constater ces dernières années des évolutions assez remarquables et bizarres dans la communauté vietnamienne. Aux alentours des années 1980, l´Allemagne de l´Ouest accueillait les "boat people" qui avec le temps , , sont arrivés à s´intégrer dans la vie quotidienne germanique d´une facon très louable, surtout leurs progénitures. En 1989, avec la chute du Mur de Berlin et la réunification du pays,,., apparaissaient soudainement des travailleurs vietnamiens de petit calibre, exportés par le régime communiste du VN et travaillant sous contrat jusqu´à cette date pour l´Allemagne de l´Est et les pays européens du bloc communiste..
Du jour au lendemain, ces pauvres bougres sont devenus des émigrés illégaux , se retrouvaient sur le pavé,... et justement c´est là aussi qu´ils gagnaient tristement leur pain en vendant des cigarettes en fraude, d´où vient cette appellation péjorative de "cigarettes-mafia". Personnellement , j´ai souvent remis les élements racistes à leurs places à cause de cette remarque , en mentionnant que notre civilisation a plus de 4.000 ans, et que les teutons, comme des macaques, se trouvaient encore dans les arbres en ce temps là.
Mais revenons à nos moutons, les étudiants d´antan et ceux d´aujourd´hui que j´ai rencontré en Allemagne et en France.
J´ai souvent vu, avec des yeux éberlués de surprise, des étudiants vietnamiens , la majorité parlant l´accent du nord, se promenant dans des voitures exceptionnelles de grande marque, tirés à 4 épingles par des labels connus du monde entier et dégustant dans des établissements gastronomiques de plusieurs étoiles, des délicatesses qui ne se trouveraient pas sur la table d´un simple travailleur même celui d´une société de consommation.
Mon Dieu, que les choses ont changé, depuis le récit de mon père concernant les étudiants, et les circonstances réelles par les temps qui courent.
C´est fou ou plutôt FLOU à lier !
 
Par ailleurs, on rencontre aussi dans les grandes villes allemandes, toute une chaine de super-markets asiatiques gérée par des vietnamiens et qui font facilement concurrence avec les super-marchés germaniques, en superficies comme en produits de qualité..
C´est louche, ...il y a anguille sous roche...ca sent le lavage de fric à des kilomètres à la ronde; car aucun immigré-vietnamien ne serait capable de lancer des affaires sur une si énorme échelle et d´une envergure si gargantuesque sur le marché.
Ma remarque est simplement logique et plausible.
 
Une autre fois, en hiver , à Nice sur la Côte d´Azur, dans les casinos sur la "Promenade des Anglais (Boulevard en bord de mer) , j´ai rencontré à plusieurs reprises ce genre d´étudiants, toujours aussi guindés, emmitouflés dans des manteaux semi-fourrures , qui se dandinaient avec leurs accompagnatrices vietnamiennes habillées comme des mannequins des grandes maisons de mode,Ils se prélassaient et sirotaient avec nonchalance des cocktails-maison à base de champagne.
Et plus tard au casino, sur le tapis des tables de jeu, on a la nette impression qu´une significante perte monétaire ne nuit aucunement à leur porte-monnaie.
Et ces monsieurs et dames prétendent être ....des étudiants !!!!!
Des étudiants...pauvre de moi...y a de quoi y perdre son latin !
Ces "fils à papa" de la nouvelle génération ne peuvent vraiment collectionner que des avanies.
À leurs parents, ces cadres de la haute hiérarchie du Parti Communiste au Vietnam, je voudrais leur citer cet adage juridique latin :
SUMMUM JUS, SUMMA INJURA ( = L´abus du droit entraine la plus grande injustice).
Pour ma part, je reste à l´affût en attendant des jours plus ensoleillés pour mon pays, et surtout le moment où la couleur pourpre qui représente le communisme aura cessé de contaminer comme une gangrène cette partie de l´Extrême - Orient.
Entretemps, je vais continuer quotidiennement mes ferventes prières pour que :
- La Miséricorde Divine ait pitié du peuple vietnamien et protège ma Mère Patrie - Le Vietnam - contre toutes ingérences extérieures ou complots d´expansion territoriale et culturelle venant du nord de celle-ci (= La Chine communiste pour ne pas tourner autour du pot).
Et en fin de compte, le plus triste de l´histoire ,c´est qu´il y a une collusion systématique du régime actuel au pouvoir qui va la main dans la main avec la Chine rouge pour avilir, terrasser et boucler toutes activités patriotiques du peuple pour dénoncer au monde les actes de piraterie de celle-ci.
 
Écrit à Berlin - 2013
Nguyen Phuoc Vinh Sang

Comments